Mon 1er Triathlon Sprint à Gravelines

   

Samedi 30 Juin 2018 au Ch'Triman Gravelines - Format S

​#TRYathlon

#myfirsttri

#mondéfi2018

On est le vendredi 29 juin, veille de mon premier triathlon. Je finis à 20h, je cours pour avoir mon RER et j’arrive chez moi à 20h30. Je retrouve mon chéri et ma mère chez moi, leurs affaires sont prêtes, les miennes quasiment. Je finis de tout préparer avec une pointe de nervosité, que je fais passer pour de l’adrénaline !!

En voiture, ou plutôt en Hummer, tout le monde ! Mon vélo à est l’arrière et moi à côté, maman fait la conversation devant pendant que je me répète le déroulement théorique d’un triathlon dans ma tête. Combi, lunettes, bonnet, nage nage nage, sortie de l’eau, cours jusqu’au vélo, sèche tes pieds, mets tes chaussures, mets le casque, cours avec le vélo, roule roule roule, descends du vélo, garde le casque fermé !! pose le vélo et cours cours cours jusqu’à l’arrivée. Je m’endors, puis nous voilà à Loon Plage, devant l’hôtel. C’est parti pour une bonne nuit !

Le réveil sonne, on est Samedi 30 juin 2018, le GRAND jour ! Je prépare mon Energy Cake, qui me cale comme un bon repas, et on part pour le PAarc des Rives de L’Aa à Gravelines. J’aime être en avance, il est 10 heures, encore 3h30 avant le départ, on est laaaarge, mais j’ai le temps de voir le parcours, de préparer mes affaires, de poser mon vélo dans le parc, de visualiser les lieux, bref je suis rassurée. Et impatiente !!

13h, je mets ma combinaison néoprène, bien qu’elle ne soit pas obligatoire puisqu l’eau est à 22 degrés, je mets mon joli bonnet donné par l’organisation, mes lunettes sur le front et j’attends, comme toutes ces femmes triathlètes autour de moi. Au moment de rentrer dans l’eau, j’ai juste le temps de me dire “ah ça y est ! ça va commencer ! je vais faire un triathlon !”, que le coup de feu retentit et c’est parti.

La nage en piscine c’est une chose. Nager en eau libre dans un peloton c’est un combat ! C'est parti pour 750m de nage, grande première en eau libre ! Je me débrouille pour passer entre les nageuses quand je dois doubler. Je lève la tête régulièrement pour ne pas dévier, première bouée, tourne à droite, deuxième bouée, tourne encore à droite, dernière bouée, à droite et vise le tapis rouge de l’arrivée !

La transition 1 est folle, je cours, je vois du monde, j’entends du bruit, mais rien de bien distinct, je me concentre sur ma combi que je commence à retirer, j’enlève les lunettes et le bonnet au dernier moment pour les jeter dans mon bac à côté de mon vélo. Pareil pour la combi que je balance rapidement pour mettre chaussettes, chaussures et hop, je cours avec mon vélo jusqu’à la ligne de transition pour monter en selle et rouler.

manon-premier-tri-velo
manon-premier-tri-cap

Je suis bien, pas essoufflée, pas fatiguée, je pars pour rouler 20km. Je suis quelques coureuses pendant un moment, puis je me fais doubler. Rien d’étonnant vu que je n’ai jamais fait de réel entrainement en vélo… Je suis contente d’être là, sous le soleil, dans ma trifonction Aptonia Team, je souris seule en pédalant. Première boucle de 10km finie, on repart pour un tour, du vent, une côte, des bosses, des virages serrés, et c’est terminé pour le vélo.

Transition 2 : je crains les mollets en plomb ! Je cours, casque sur la tête et jugulaire fermée, je pose mon vélo, et je pars en courant (en trottinant, d’accord !) en me disant, misère, c’est l’heure de la course à pied, je vais suer.

Effectivement j’ai sué, j’ai dégouliné, mais j’ai adoré ! Certains diront que j’aurais pu courir plus vite ou allonger la foulée, mais mon objectif était de finir en courant, sans marcher à aucun moment de la course. Je suis donc partie tranquillement, j’ai couru les 5km à un ryhtme tranquille tout le long, et sans même marcher dans cette côte de dingue, qui offrait une belle récompense (vent et vue sur le bassin), et j’ai passé la ligne d’arrivée en courant. Derniers mètres à parcourir, je n’ai aucune idée du chrono, je vois l’affichage “1:25:23” cela me surprend, je suis super contente, bien que étonnée ! Première ligne d’arrivée franchie de ma vie, un immense sourire sur les lèvres, les bras levés vers le ciel, avec une seule chose en tête : “c’est génial, j’en veux encore !”

manon-premier-tri

Ma mère et mon chéri me félicitent, je vois dans leurs regards de la fierté et de l’amour. C’est tout ce qu’il me fallait pour finir ce premier triathlon en beauté.

Merci à mon chéri d’avoir participer à mon équipement ce qui m’a permis de commencer à m’entraîner en mars dernier. Merci d’avoir roulé la nuit pour arriver le vendredi soir sur place. Merci d’avoir assuré le rôle de reporter photo et vidéo le jour J ;

Merci à ma maman d’être venue m’encourager, avec des pancartes personnalisées, j’ai été émue quand elle les a brandies au moment de rentrer dans l’eau et tout le long du parcours vélo ainsi qu’à l’arrivée :

Merci à mon papa et à Francesca, la mère de mon chéri, pour le financement d’une partie de mon équipement ;

Merci à Décathlon, qui m’a permis de découvrir le triathlon et de le voir de près en magasin ;

Merci à l’équipe Aptonia pour m’avoir encouragée, soutenue, et en très grande partie équipée (je suis tellement fière de ma trifonction Aptonia Team !). Merci pour les deux jours de tests à Fréjus qui m’ont bien préparé mentalement et physiquement pour résister à la chaleur ! ;

Et enfin, un IMMENSE merci à Alexandra, sans qui je n’aurais jamais été piquée, sans qui je n’aurais jamais osé me lancer dans le triathlon ! Tu auras des remerciements et toute ma gratitude à chaque course que je ferai ! ;)

Manon

 

Si comme Manon vous voulez partager votre première expérience en triathlon, écrivez-nous à myfirsttri@aptonia.com !

HAUT DE PAGE