Mon 1er Triathlon Sprint à Gravelines

   

Wahooo, ça décoiffe ! En un mot j'ai kiffé !

ET pourtant ... j'étais partie avec un max de préjugés. Je ne sais pas nager, j'ai jamais vraiment fait de vélo de route et bon, la course à pied j'en fais mais plutôt pour garder la forme ! Autant dire que je ne m'étais pas toutes les chances de mon côté. Et la j'ai rencontré des gens passionnés et passionnants qui m'ont entraînée dans leur manège !

La veille de mon 1er tri, un 1er entraînement sans succès en natation et la je me suis dis #cavaêtrecompliqué. Je n'ai pas l'habitude de me laisser abattre, ca va le faire, la natation c'est dans la tête !

Me voilà au départ de la natation, dans l'eau avec 250 personnes autour de moi toutes plus ou moins prêtes à vaincre ces 750 mètres de nage. Le départ retentit et c'est parti ... en brasse ! Je me rend compte au fur et à mesure de mon avancement que je suis loin d'être nulle et comme je dis souvent, finalement loin de nager comme une enclume. Je me surprends même à doubler des nageuses tout au long du parcours. Une montée d'adrénaline au passage de la dernière bouée et une arrivée sur la sortie avec mes collègues qui sont là pour m'encourager ! Double injection d'adrénaline !

Me voilà dans le zone de transition et la je me prête au jeu de courir, de me sécher et de monter sur mon vélo avec une seule idée en tête : parcourir mes 20km de vélo à bloc, car oui j'étais à bloc et fière d'avoir vaincue cette natation qui me faisait si peur !

Je pars sur le parcours vélo et la même sentiment que la nage, je ne me trouve pas si ridicule, je tiens ma vitesse, m'écoute un minimum sur mes sensations, faim, soif ? Une petite barre, un bidon d'iso prêt à donner un coup de boost et ça continue sur un deuxième tour de 10km. Je me sens libre et en confiance, je sais que des collègues sont sur le parcours, quelle convivialité !

Le vélo est terminé, j'arrive en zone de transition, je repère rapidement mon emplacement, pose le vélo, visse ma casquette sur ma tête, et commence à courir, mais que m'arrive t-il j'ai l'impression que c'est presque intuitif ! Sauf que me jambes ressemblent à celles du petit bonhomme en mousse, une impression d'être à fond mais je n'avance pas, en effet passer de 30 km sur un vélo à 9km en course à pied, on a vite la sensation d'être une tortue, mais comme on dit si bien, rien ne sert de courir, mieux vaut partir à point ! L'objectif est de terminer ce tri !  

J'attaque le parcours course à pied, toute seule sous un soleil de plomb et je me dis que ces 5km vont passer vite. Sur le parcours je rencontre des triathlètes marchant, impossible à concevoir, alors je les entraîne avec moi; leurs expliquant qu'à moi aussi c'est mon 1er tri et qu'on ne va pas se laisser abattre, elles recommencent à courir, petites foulées et un bon souffle, et la machine est relancée ! Une 1ere montée, dure, une deuxième encore plus dure mais on ne lâche rien, des collègues me doublent comme des avions ... ce n'est pas grave je conserve mon rythme ! J'approche de la fin et la j'aperçois une silhouette que je connais bien, mon conjoint avec notre bébé au bord du parcours course à pied, 300 mètres avant la fin, le coeur plein d'émotions et d'adrénaline, le sourire de mon petit, le soutien de mon conjoint et la fierté d'accomplir mon 1er tri ! Ils m'accompagnent tous les deux le long de la fin du parcours et m'attendent à la ligne d'arrivée ! Je les serre tous les deux dans mes bras, et je découvre que mon bébé a fait ses 1ers pas aujourd'hui !

Quel cadeau, maman son 1er tri et bébé ses 1er pas !

#jesuisunetryathlète !

Camille

 

Si comme Camille vous voulez partager votre première expérience en triathlon, écrivez-nous à myfirsttri@aptonia.com !

 

camille-first-tri
HAUT DE PAGE