geoffrey-voirin

Mon 1er Triathlon !!!  

   

Par où commencer? Par la préparation, cela va de soit! Pour ce premier triathlon je ne m’étais pas réellement préparer avec des plans d'entraînements des transitions type etc...

Un peu à l’arrache quoi. Maintenant je suis un peu plus discipliné quoique... Je voyais depuis tout petit des gars, début septembre, faire un triathlon là où j’habite. J’ai même vu des gars tomber comme des mouches sous la chaleur lors de leur marathon quand le label IRONMAN® étant dans ma ville. J’ai vu également des grosses gamelles en vélo quand les triathlètes descendent nos cols à 70-80km/h Mais ce qui me marqua le plus c’est inévitablement les départs de natation en une seule vague avec plus de 1000 triathlètes chauffés par la musique prêt à se jeter dans notre lac d’eau fraîche de montagne. C’est avec mes yeux d’enfants que je découvrais ce sport, rempli de souffrance de joie et d’émotion. Je m’étais dit aussi “jamais pour moi, c’est trop dur”. Il ne faut jamais dire jamais paraît-il... En effet comme beaucoup je me suis inscrit sur le triathlon découverte, un format S, une grande aventure pour moi qui nageait mal et qui n’avait quasiment jamais fais de vélo...

 

Pour la natation, je nageais un peu le crawl car j’ai horreur de la brasse, je ne sais pas nager cette nage, même en piscine je galère sur 25m en brasse! Bref Il ne m’étais jamais venu à l’idée de nager 500m d’un coup Donc je m’y suis mis dans le lac avec ma combinaison de surf. Quelques entrainements m’ont permis de voir que j’en était capable, malgré quelques appréhensions liées à la faune aquatique. Le fait de faire du surf m’a aidé à être à l’aise dans l’eau notamment aux niveaux des apnées, ce qui sera un plus lors du départ avec 800 triathlètes qui essayent de te doubler en te nageant dessus...

Pour la partie vélo je partais de zéro. Donc pour le faire j’ai du racheter le vélo d’un oncle, un vieux vélo MBK des années 80 avec les leviers de vitesses sur le cadre. Le vélo était très lourd à tel point que j’ai quand même changé les roues qui étaient en acier et trop vieilles pour être sécurisante et du même coup pour gagner quelques grammes. Je connaissais bien le parcours car c’était à domicile. La bosse à 7% sur 2km fait plus peur sur papier qu’en vrai. Après c’est très roulant. Pour cette partie de cyclisme j’ai opté pour mon adage que j’ai même floqué sur mes chaussures bitwin actuelle “don’t think and press” En gros réfléchit pas et appuye !

Enfin le running c’est très bien passé et je le savais car je suis coureur à pied à la base. Très bien sauf les quelques premières foulées... Mais les 5km au bord du lac furent agréable avec tout ces encouragements.

 

Le jour J es là, on se lève de bonne heure, on sait que c’est jour de fête pour le triathlon dans la cité géromoise que j’habite. Après un petit dèj light avalé avec un peu le bid en vrac à cause de l'appréhension j’enfourche mon vélo avec un sac au dos et ma combi sur l’épaule pour rejoindre le parc à vélo. Il est tôt vers 7h et ça caille. Je me fais marquer au feutre sur l’épaule et le mollet et je me dit que la je n’ai plus le choix... Les bénévoles me souhaitent une bonne course. J'installe mon vélo sur mon emplacement à côté de superbes vélos qui valent plusieurs milliers d’euros. Ce qui sera drôle c’est que je serai devant! Tout est installé, mon casque sur mes chaussures de route le dossard agrafé sur le porte dossard et les chaussure de running au fond à côté du vélo. Je me change et marche jusqu'à la plage de départ. Là l’ambiance réchauffe, ça tombe bien j’ai froid les pieds! Puis le coup de canon est tiré et une marrée humaine se jette dans le lac pour aller chercher la première bouée. Je ne me suis pas placé devant car je savais que les meilleurs filent tel des requins, mais au milieu pensant ne pas à avoir à doubler ceux qui nagent en brasse. Résultat je me fais grimper dessus je me prend des coups de bras de pied, c’est une vrai machine à lavée ! Je bois deux fois la tasse mais je survi puis rebelotte aux bouées... Je sors de l’eau pas mécontent que ce soit fini!

J’enfile mon T shirt, mon casque mes chaussures et je cours à côté du vélo jusqu'à la ligne pour pouvoir l’enfourcher. Et là c’est génial tout le monde t’encourage tu as juste à appuyer et à regarder devant soi. J’en double pas mal notamment dans la montée des rochirs cette fameuse côte de 2km à 7% de moyenne. Redescente sur xonrupt et tour du lac parcours plat j’en double encore mais quelques avions de chasse me double, ceux avec les vélos très cher, il me regarde avec des grands yeux se demandant comment je peux être là avec un vieux biclou pareil?! Là tu te dis que en vélo c’est les cuisses et les mollets qui font avancer le vélo et non l'inverse! C’est rigolo je suis bien loti niveau cuisses et mollets, du coup mon vélo avance tout seul, enfin sous l’action de mes guiboles tout de même! Je rentre au parc à vélo content de voir qu’il n’y a pas trop de vélos qui sont rentré avant moi. Je dépose mon vélo au bon endroit, j'ôte mes chaussures dépose mon casque, j’enfile mes basquettes, je galère à faire mes lacets forcément ça aurait été trop beau sinon. J’opterai par la suite pour les lacets rapide!

Puis je me mets à gambader, du moins j’essaye car mes premières foulées sont aléatoire car mes jambes flageolent sous l’effet du changement vélo, course à pied. Après je déroule, que de plaisir à courir avec tout ces encouragements! Le parcours est facile avec un parcours vallonné de 5km. Un aller retour le long du lac qui se passa pour moi sans encombres. Je double quelques concurrents. Je passe la ligne heureux d’en avoir fini, à la 30ème place sur 1279 en 1h09’51” mais surtout avec la satisfaction d’avoir réaliser un truc de fou mon premier triathlon !

Pour résumer cette épreuve je qualifierai pour moi que le triathlon se résume en trois mots qui correspondent aux trois sports : natation : enfer, vélo : purgatoire, course à pied : paradis ! Maintenant avec le temps et les entraînements les trois deviennent paradis! Bref le triathlon c’est que du bonheur et je conseil à toutes et tous d’essayer!

 

Tryathlon​ ​more​ ​simple​ ​than​ ​you​ ​think!

Geoffrey

 

Si comme Geoffrey vous voulez partager votre première expérience en triathlon, écrivez-nous à myfirsttri@aptonia.com !

HAUT DE PAGE