Mon premier triathlon : 

Septembre, la  magnifique Belgique garnie de ces nuages emblématiques et menacants,  mais la menace la plus préoccupante vient d’ailleurs …. Ce lac, son eau trouble, sa temperature qui avoisine les 18 degres et ces 200 sportifs en combi néoprene qui nous frottent..  On contemple ce spectacle avec les collègues d’apto à quelques secondes du départ de notre premier tri !! on ne va pas rester spectateur bien longtemps ;-)

L’ambiance entre nous est souriante, taquine, sans doute pour couvrir ce petit stress de l’inconnu ! on l’avait voulu ! se retrouver là ! Sympa de s’y lancer à plusieurs ! un petit défi, bien encouragé par la place de plus en plus importante que le « triathlon » était entrain de prendre dans notre quotidien professionnel. Envie absolue de voir à quoi ça ressemble rééllement !

Pas de débat sur le format du triathlon, ce sera un S. Bonne surprise, la natation ne fait même pas 750m mais 500m (#onnevapasseplaindre). Il faudra enchainer ensuite par 20bornes de vélo, une formalité pensais-je, pour le cycliste que je suis. Enfin, les 5km de course à pied clotureront cette première !

 

« PAAAAAAAAAAAAAAN ». Ouhla, ça y est ! ça part ! Et comme un c…., je suis en plein milieu ! Mauvaise idée ! j’agonise en crawl, incapable de respirer correctement, je me fais toucher de tous les côtés ! Après à peine 30m, je lève la tête, j’hallucine en voyant la distance qui me sépare des nageurs de tête ! Soit ils volent au dessus de l’eau, soit je recule.. Mais y a un truc..

Il commence à y avoir un peu plus d’espace autour de moi  mais je me sens compressé dans cette combinaison que j’ai loué dans un magasin de tri. « si si, c’est votre taille » m’avait il dit. Bah j’ai l’impression d’être compressé de partout…

J insiste en crawl mais ça ne va vraiment pas.. à chaque fois que je lève la tête, la bouée des 250m change de place ! un coup complètement à droite, un coup complètement à gauche…   soit la bouée bouge, soit je nage pas du tout droit.. je vous laisse deviner !

Toutes ces impressions magnifiques m’encouragent grandement à changer de stratégie : fais donc de la brasse mon grand !  et là tout devient plus facile : la respiration, la direction, même la vitesse ! je me mets à doubler des nageurs en crawl !

Sorti de l’eau, 2 gars me tendent la main pour m’aider, je comprends pas trop pourquoi..  une question de secondes.. ;-)  La tête qui tourne, une perte d’équilibre et un genou au sol, j’ai compris ;-) Pas rancuniers, ils m’aident à me relever !

Allez, « ça, c’est fait », c’est ce que je me dis dans ma tête. En enlevant ma combi, enfilant chaussettes chaussures, casque, lunettes, ceinture dossard, j’aperçois Nico et Benj qui sortent de la zone de transition. Ça me rassure, je ne suis pas tout à fait à la ramasse ! ou je ne suis pas le seul à la ramasse ! ;-)  le classement d’apres course me dira que je suis quand même le 120eme nageur sur les 180 partants ! #AxeDeProgrès comme on dit chez decat !

C’est parti pour le vélo, et là c’est plus simple, je connais bien ! une petite tape sur la fesse de Benjamin et un encouragement quand je le double au 2ème km. La même petite tape et une petite taquinnerie pour Nico au 4ème km.  Ils auront retenu ce petit geste. Leur vengeance viendra ;-)

Je m’applique à pédaler « souple », ne pas emmener trop de braquets, on m’a prevenu que la course à pied pourrait ressembler à un chemin de croix sinon…  J’essaie de me mettre en position allongé avec le mini prolongateur que je teste mais ça ne me convient pas trop, je n’arrive pas à tirer sur le guidon. Les mains descendent vite dans le creux du cintre.  

Je me rends compte que je double beaucoup  de concurrents,  je respecte la distance réglementaire, tout en me disant pourtant qu’avec le vent qu’il y a, on serait mieux dans les roues ou à se relayer. Un peu sado les triathlètes non ?

Je passe une première fois devant la petite famille qui est venue m’encourager ! les 2 demoiselles vêtues de T shirt orange aptonia bien reconnaissables ! Elles m’ont reperé facilement aussi avec la trifonction btwin !  «  Allez papaaaaaaa !! »  

2km avant la transition pédestre, je ralentis, je tourne bien les jambes, je m’hydrate bien et je me fais un petit plaisir : une pâte de fruits fraise !! je vous la conseille !

Je me prends au jeu en desenfilant mes pieds des chaussures vélos quelques mètres avant la zone. Hop, un petit saut de biche juste avant l’arbitre et me voilà entrain de courir à pied de chaussettes, direction ma petite caisse où se trouvent mes chaussures de running et ma casquette !

En jettant un coup d’œil sur l’ensemble de la zone, je vois à peine une quinzaine de vélos posés. J’ai le sourire ! j’ai fait un « beau » vélo.

Ce sourire ne va pas durer bien longtemps. C’est pas des jambes que j’ai, ce sont 2 briques !!! je m’en rends compte dès les premiers mètres du parcours course à pied.  j’ai l’impression de courir en mode « désarticulé ». j’atteins difficilement les 11km/h  et je me fais doubler par des gaziers à plus de 13 / 14 km/h.   j’ai l’impression d’avoir le frein à main collé,  j’ai l’impression de tracter une grosse caravane, j’ai l’impression d’être scotché au bitume !!

Cette sensation on ne peut plus déplaisante ne me quittera pas durant les 5 km que je vais parcourir ! Du mode compet’,  je passe en mode « sauve qui peut »,  et je sens bien que les Nico & Benj risquent bien de me reprendre à pleine vitesse,  un peu comme un moustique qui s’ecraserait sur leur pare-brise !

Eh bien ce sera au km 2,5 de la course à pied, juste à l’endroit du demi tour ! une petite tape sur ma fesse, je regarde à ma droite, c’est le grand Nico qui me fait un clin d’œil !

Même pas 3 foulées plus tard, je ressens une main sur mes fesses ! Soit j’ai des fans, soit c’est Benjamin ! ….  C’était benjamin qui galopait à près de 15 à l’heure.  J’étais donc aux premières loges pour voir Nico se faire lui aussi déposer par notre Kenyan blanc d’aptonia 2016 !

Une fois le demi tour effectué et le retour vers la ligne d’arrivée engagé, je pouvais donc apercevoir de l’autre coté de la route le visage de tous ces triathlètes qui étaient sur le point de me doubler. Parce qu’honnetement, j’allais vraiment beaucoup moins vite que tout le monde !! ;-)

J’ai ressenti un petit soulagement, j’ avoue, lorsqu’il me restait un bon km et que j’aperçus Miss Virginie, une ex collègue de btwin, en face. Tu ne me doubleras pas ;-)   #SansRancuneVirgin

photo triathlon

Ça y est, j’entends le micro du speaker, la ligne d’arrivée est là, la petite famille aussi. Sans prémédition, je propose aux filles de finir avec moi ! Bien éduquées à la sécurité du sport cycliste, elles refusent  dans un premier temps de passer en dessous de la barrière, mais ma deuxième sollicitation aura raison de leur sagesse.

Nous voilà main dans la main pour finir ce tri. Ce n’est qu’un S, mais je suis bien content d’arriver ! Les relayeuses Apto – Sophie et Emilie, et les guerriers Benj et Nico sont là pour m’acceuillir !

A notre tour on félicitera quelques minutes plus tard juste après la ligne d’arrivée Virginie et Lucille !

Super surprise quand je me rends compte que mon arrivée « familiale » a été immortalisée par l’organisateur et que cette photo nous est offerte !

Quoi de mieux qu’une petite bière tous ensemble pour fêter cette première ??   La recovery drink Aptonia me direz vous ..    oui, vous avez raison, mais on a privilégié une petite bière !!

Vivement la prochaine ……    

….. bière à l’issue d’un triathlon tous ensemble !!

 

Antoine

 

Si comme Antoine vous voulez partager votre première expérience en triathlon, écrivez-nous à myfirsttri@aptonia.com !

HAUT DE PAGE