Douleur de la voûte plantaire

Déposer un commentaire

Particulièrement sollicitée dans certains sports (course à pied, marche activité nécessitant des impulsions...), la voûte plantaire peut parfois être victime de lésions.

Qu'est ce que la voûte plantaire?

La voûte plantaire est appelée aponévrose plantaire ou fascia plantaire. Elle est constituée de fibres collagènes épaisses mal vascularisées formant une membrane qui relie le talon à l’avant pied et aux orteils.

Cette membrane plantaire maintien l’arche plantaire, sa tension et sa forme. Elle a pour effet de créer la forme anatomique du pied qui peut être plat, creux ou normal.

A chaque pas ou foulée l’aponévrose plantaire est sollicitée et mise en tension par transmission des forces des muscles jumeaux vers les orteils. C’est la raison de son implication lors de la course ou de la marche rapide.

l’aponévrosite plantaire (inflammation de l'aponévrose), se rencontre  plus volontiers chez des sportifs pratiquant des impulsions ou des réceptions brutales (sport de sauts, course) ou des changements de directions, elle est favorisée par des déformations  du pied  de type plat ou creux et par les conflits avec la chaussure.

Rappel de biomécanique

Le pas ou la foulée commence par une attaque du talon sur le sol, en absorbant les contraintes en lien avec le poids du corps afin de préparer la phase de propulsion pour un transfert de l’énergie motrice vers l’avant pied selon trois phases:        

1-L'amortissement

La phase d’amortissement débute lors du contact du talon avec le sol et se termine au moment où la projection verticale du centre de gravité coïncide avec la verticale de l'appui.  

2-Le soutien

Il correspond au moment où le centre de gravité est à l'aplomb de l'appui au sol.  

3-La propulsion

La dernière phase de propulsion ou de poussée commence au moment du soutien et se termine au moment où le pied quitte le sol.

La gêne ressentie ou signe clinique

L'aponévrosite ou fasciite plantaire est une inflammation douloureuse de l'aponévrose. La membrane composant l'aponévrose peut être soumise à de forte tension pendant l'effort. Son manque d'élasticité fait quelle devient de plus en plus fibreuse et moins résistante au microtraumatisme. Ainsi elle peut s'enflammer et aller jusqu'a la déchirure.

Le maitre signe : la douleur

Caractéristique de la douleur

  • Douleur du talon au repos souvent du côté interne et lors du lever disparaissant au début lors de la mise en marche, 
  • Puis douleur à la marche de plus en plus forte jusqu’à provoquer une impossibilité de marcher,
  • Douleur à la palpation du talon au point d'insertion de l'aponévrose plantaire sur le calcanéum
  • Sensation de « papier de verre » ou craquements en mobilisant le pied ou les orteils
  • A noter : en cas de déchirure en association à la douleur il peut y avoir une tuméfaction avec ecchymose

La confirmation du diagnostic médical

Le médecin après son  examen clinique proposera  la réalisation d’une échographie et d’une radiologie à la recherche d’une calcification ou « éperon » ou « épine » calcanéenne ou d’une excroissance osseuse

L’IRM est très performante pour confirmer le diagnostic montrant soit des signes d’épaississement de la membrane ou quelque fois une authentique rupture.

La scintigraphie osseuse peut aussi venir en aide pour préciser des éléments du diagnostic

Les causes sont nombreuses :

  • Troubles de la statique plantaire : pieds plat, creux , pied pronateur ou supinateur
  • Epine calcanéenne avec ou sans bursite associée
  • Traumatisme local avec un choc type de caddie en supermarché
  • Maladie rhumatismale inflammatoire
  • Surentrainement ou mauvais geste technique
  • Défaut de pratique d’étirements
  • Sol dur ou variation fréquente des surfaces
  • Pratique sportive (saut, variation de courses, prise de planche)
  • Surpoids
  • Usure des chaussures ou faiblesse de l’amorti
  • Utilisation de certains antibiotiques ou autres médicaments
  • Problème dentaire aigu ou chronique

Le traitement médical et manuel

Repos sportif mais aussi décharge (marche avec béquilles) possible dans la vie courante.

Traitement orthopédique avec plâtre si besoin et marche avec une chaussure spécifique de plâtre.

Glaçage en application deux ou trois fois par jour en prenant les précautions d’usage et les principes de précaution pour éviter les brûlures locales.

Port de semelles orthopédiques adaptées et réalisée par un podologue du sport ou achat de semelle antichoc en privilégiant la talonnette.

Anti-inflammatoires ou traitements homéopathiques au début du traitement.

Massage avec baume, huiles essentielles ou talc.

Massages transverses profonds (MTP).

Acupuncture, mésothérapie etc…

Infiltrations avec modération réalisées par un spécialiste.

Kinésithérapie et électrothérapie de type ultrasons ou ionophorèse.

Ondes de chocs extra corporelles. Avertissement, cette technique peut être douloureuse et nécessite de réaliser une évaluation précise par votre kinésithérapeute.

Etirements et mobilisation du pied et des orteils.

Conclusion

L’aponévrose plantaire est moins élastique que la plupart des autres tendons alors qu’elle joue un rôle mécanique important. Elle est très sollicitée en sport rendant assez fréquent l’apparition de douleurs inflammatoires qui doivent être traitées afin d’éviter les déchirures occasionnant une impotence fonctionnelle longue et handicapante. La meilleure prévention passe par l’association d’un bon chaussage, d’une bonne technique, de la pratique des étirements et d’une bonne hydratation en évitant tout surpoids.

 

Docteur Patrick Bacquaert

Médecin chef de l'IRBMS

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Vote
Rédiger un avis
Chaud/Froid Poche ICE POCKET bleu
5,99 €*
3.90 / 5 45 avis
    Bande de maintien élastique 3 cm x 2,5 m blanche
    3,29 €*
    3.40 / 5 18 avis
      HAUT DE PAGE